You are here

Communiqués de presse
POUR PUBLICATION IMMÉDIATE - 04/09/2017 - 01:30

De nouvelles estimations à l'échelle internationale indiquent que les blessures et les maladies d'origine professionnelle coûtent à l'UE environ 467 milliards d'euros par an.

Lors du XXIe Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail, qui se tient à Singapour du 3 au 6 septembre, l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) présente, avec l'Organisation internationale du travail, de nouvelles estimations du coût de la mauvaise qualité des conditions de sécurité et de santé au travail (SST). Ces nouvelles conclusions révèlent que chaque année au niveau mondial, les accidents et maladies d'origine professionnelle entraînent une perte de 3,9 % du PIB, ce qui représente un coût annuel d'environ 2 680 milliards d'euros [1].

 

Le coût des maladies et accidents d'origine professionnelle pour l'Union européenne représente 3,3 % de son PIB. Ce sont donc 476 milliards d'euros qui pourraient être économisés chaque année si l'on avait recours aux stratégies, politiques et pratiques adéquates en matière de sécurité et de santé au travail.

Ces estimations sont des conclusions qui résultent d'un très important projet clé relatif aux coûts et avantages de la SST. Ce projet a été réalisé par l'Organisation internationale du travail (OIT), le ministère finlandais des affaires sociales et de la santé, l'Institut finlandais de santé au travail (FIOH), l'Institut WSH de Singapour, la Commission internationale de la santé au travail (ICOH) et l'EU-OSHA.

La directrice de l'EU-OSHA, le Dr Christa Sedlatschek a déclaré à l'approche de ce Congrès mondial: «un travail sûr et effectué dans des conditions saines est un droit fondamental de la personne humaine, mais ces nouvelles estimations des coûts induits par la médiocrité ou l'inexistence des mesures en matière de SST nous montrent que l'argument économique en faveur de la SST n'a jamais été aussi solide qu'à présent. Le coût des maladies et accidents d'origine professionnelle qui pèse sur l'Union européenne représente 3,3 % de son PIB. Ce sont donc 476 milliards d'euros qui pourraient être économisés chaque année si l'on avait recours aux stratégies, politiques et pratiques adéquates en matière de sécurité et de santé au travail.»

Les bonnes pratiques en matière de SST peuvent aider à rendre les entreprises productives, compétitives et viables, mais aussi à réduire le coût des soins de santé ainsi que d'autres fléaux sociétaux. Il n'en reste pas moins que le coût de la mauvaise qualité des mesures de sécurité et de santé au travail est élevé. Grâce à ce projet étudiant les coûts et les avantages, l'EU-OSHA a entrepris des démarches en vue d'identifier et d'évaluer les données disponibles, tant au sein de l'UE qu'à l'échelle internationale, afin d'élaborer des estimations précises et à jour du coût des maladies et blessures d'origine professionnelle.

Parmi les autres résultats qui seront présentés au cours du Congrès, nous pouvons citer les suivants:

  • Les maladies d'origine professionnelle sont impliquées dans 86 % du total des décès liés au travail, ce chiffre atteignant 98 % dans l'UE.
  • Au niveau mondial, la perte en termes d'EVCI (espérance de vie corrigée de l'incapacité) est égale à 123,3 millions d'années (dont 7,1 millions dans l'UE) en raison de blessures ou de maladies causées par le travail. Sur ce total, 67,8 millions (dont 3,4 millions dans l'UE) proviennent des décès et 55,5 millions (3,7 millions dans l'UE) des handicaps.
  • Dans la plupart des pays européens, les cancers d'origine professionnelle représentent la majorité des coûts (119,5 milliards d'euros, soit 0,81% du PIB de l'UE), les troubles musculo-squelettiques se situant à la deuxième place.

Un nouvel outil de visualisation des données, développé par l'EU-OSHA en tant qu'élément du projet, sera également dévoilé à l'occasion du Congrès mondial. Cet outil montre de manière accessible les coûts globaux des maladies et accidents d'origine professionnelle. Les principaux résultats sont présentés sous la forme d'infographies permettant aux chercheurs et aux décideurs politiques d'accéder rapidement et avec facilité aux conclusions tirées. Outre sa transparence et sa facilité d'utilisation, l'outil de visualisation met également à disposition un glossaire de termes fréquemment utilisés, ainsi qu'un guide expliquant les méthodes appliquées.

Le Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail, qui est le plus grand rassemblement international d'experts et de praticiens de la SST, constitue une occasion unique de diffuser ces nouveaux résultats. L'EU-OSHA est l'une des organisations contribuant au Congrès, et elle participera à une série d'événements tout au long de ces quatre journées, à travers des interventions orales, la participation à des ateliers et l'hébergement d'un stand d'exposition. L'EU-OSHA coorganisera notamment deux symposiums. L'un d'entre eux se penchera sur le projet relatif aux coûts et aux avantages; l'autre examinera des bonnes pratiques étayées par des preuves et mises en place au sein de petites entreprises et micro-entreprises en matière de SST, et évoquera les travaux réalisés par l'EU-OSHA dans ce domaine, ainsi que son projet OiRA (Online interactive Risk Assessment).

Liens:

[1] Pour la conversion de USD en EUR, le taux de change de référence de la BCE pour 2016 a été utilisé.

Notes aux rédactions: 
1.

L'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) contribue à faire de l'Europe un lieu de travail plus sûr, plus sain et plus productif. L'Agence mène des activités de recherche et de développement, diffuse des informations fiables, vérifiées et impartiales en matière de sécurité et de santé, et organise des campagnes paneuropéennes de sensibilisation. Créée par l'Union européenne en 1994 et établie à Bilbao, en Espagne, l’Agence réunit des représentants de la Commission européenne, des gouvernements des États membres, des organisations d'employeurs et de travailleurs, ainsi que des experts réputés de l'UE à 28 et au-delà.

Vous pouvez nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, et YouTube ou vous abonner à notre lettre d'information électronique mensuelle OSHmail. Vous pouvez également vous abonner à nos flux RSS pour recevoir régulièrement des nouvelles et des informations de la part de l’EU-OSHA.

http://osha.europa.eu