Enquête sur l’exposition des travailleurs aux facteurs de risque de cancer en Europe

Selon les estimations, le cancer représenterait 53 % de l’ensemble des décès liés au travail dans l’Union et dans les pays développés. Il est dès lors essentiel de disposer de données fiables sur l’exposition à des facteurs de risque de cancer sur le lieu de travail, tant pour la sécurité et la santé des travailleurs que pour la productivité et la viabilité de l’économie.

L’EU-OSHA prévoit de mener une enquête sur l’exposition des travailleurs aux facteurs de risque de cancer en Europe afin de mieux cerner les facteurs responsables de la plupart des expositions. L’enquête examine aussi les situations d’exposition les plus courantes ainsi que le nombre et les caractéristiques des travailleurs exposés à une série de facteurs de risque de cancer, notamment l’amiante, le benzène, le chrome, les gaz d’échappement des moteurs diesel, le nickel, la poussière de silice, les rayons UV, la poussière de bois et autres. L’objectif de l’enquête est de mieux cibler les campagnes de sensibilisation et les mesures préventives, et de contribuer à l’élaboration de politiques fondées sur des éléments probants.

Une étude de faisabilité d’une enquête destinée à évaluer l’exposition des travailleurs aux substances cancérigènes, inspirée d’une enquête australienne qui a donné de bons résultats, a été achevée en 2017. Les travaux préparatoires commencent en 2020 pour choisir les pays où l’enquête devrait être réalisée en premier lieu et lancer les premières étapes de la préparation de la méthodologie et de l’adaptation du modèle australien au contexte européen.

En 2021 et 2022, l’enquête sera élaborée et réalisée. La publication des premiers résultats est prévue pour 2023. Après une évaluation en 2024, il sera décidé d’étendre ou non l’enquête à un plus grand nombre de pays et à des facteurs de risque supplémentaires.